Loisirs créatifs et artistiques accueil coloriages, ateliers et jeux poèmes Illustrateur - Dessinateur coloriage loisirs créatifs Jeux éducatifs et pédagogiques cuisine facile magazine parents magazine artistique Coloriages, ateliers créatifs, activités manuelles et loisirs pour occuper les enfants emareva©

être maman, une consécration!

dessin enfant

Le test de grossesse

Il y a trois semaines, un mois, mes seins étaient tellement douloureux que je me suis questionnée. Nous étions dimanche et ne tenant plus, j'ai filé à la pharmacie de garde. Je suis vite rentrée et, avec ton père, nous avons attendu le résultat du test de grossesse. Positif, positif! On était babas, et on a même pas réalisé immédiatement...

Je me demande si on y a cru tout de suite. On nous avait tellement répété que cela prendrait du temps, d'autant que cela faisait un moment que je prenais un moyen de contraception... Le lendemain, ni une ni deux, je prends rendez-vous chez le médecin. Le douze décembre! Il me fallait attendre deux semaines et demi, le calvaire... J'ai tenu sept jours supplémentaires, puis j'ai craqué, je suis retournée acheter un autre test... Positif aussi... J'étais heureuse, mais n'arrivais pas à laisser ma joie s'exprimer...

L'angoisse d'être déçue si personne n'habitait mon petit bidon... Enfin, ça n'empêche que dès le premier test j'ai arrêté la cigarette, le café, j'ai organisé mes repas... Avec le repas journalier que j'avais l'habitude de faire, mon bébé ne risquait pas de s'extasier! Et puis malgré mon anxiété, mes seins, pas moins que des melons, eux m'assuraient que je ne me montais aucun film. Alors d'un coup, j'ai eu quelques angoisses... Je venais justement de perdre deux kilos! Et si je te sentais, c'est que tu étais là depuis un moment... Mon pau'v petit chéri, à peine là et déjà au régime...

En plus, tu penses bien que ce coup ci on a prévenu la famille, les amis. Ton père était justement monté à Paris pour le mariage de ta tante. Et bien, tu n'imagineras pas ce que j'ai pu entendre, en quelques jours, j'ai eu droit à toutes les expériences de toutes les femmes de mon entourage. Saches que pratiquement toutes ont au moins une histoire atroce à te raconter : fausse couche, avortement, amiosynthèse... Bref, on m'a fait la totale. La vache!

Elles auraient pu m'en parler avant, ça n'aurait rien changé! Non, elles m'en parlent là, maintenant... C'est leur instinct de grandes sœurs et aucune ne songe que son discours sera renchéri par une autre, puis une troisième... En plus, elle même on dû le vivre, et hop, elles te font le même coup...
Heureusement, après ça se tari!

L'attente jusqu'au rendez-vous a été insoutenable. Ce jour là, ton père m'a accompagnée, on a même pensé qu'on s'était trompés de rue, on y est repassés trois fois avant de voir la plaque... Ensuite on ne trouvait pas le bon numéro de rue, je rentre dans un hôpital pour me renseigner et c'était là! Quelle idiote, le cabinet était sous nos yeux, et j'étais en train de m'exciter... Plus d'une heure dans la salle d'attente avant que mon nom ne retentisse.

La première échographie

Dans le bureau, dès que j'ai parlé de mes tests, elle m'a emmenée :
- "Venez, on va faire un écho, on saura comme ça.
- Je peux appeler mon mari? Il est venu exprès?
- Oui, bien sûr!"
J'exultais, je ne savais pas même s'ils avaient le matériel sur place, mais ton père est venu quand même...

Le médecin a allumé l'écran, mis du gel sur l'embout, puis l'a posé sur mon ventre... Nos cœurs étaient en suspens. ça n'a pas tout de suite été clair, imagine ma nervosité... Quelques réglages, ton père a dû sortir, puis il est revenu, l'écran s'est ré éclairé... Puis d'un coup on t'a vue. Le docteur nous a commenté la "visite", j'étais aux anges. Un tout petit haricot, mon petit haricot était bien là, dans mon ovaire gauche.
- "Nous allons écouter son petit cœur...
- totom - totom - totom..."
J'ai ri, j'ai eu les larmes, c'est merveilleux, indescriptible, unique.

Nous sommes repartis avec notre premier cliché de toi, que nous avons encadré dès que nous sommes arrivés à la maison. Tout le reste s'est envolé...

On peut bien me raconter ce que l'on voudra, je suis rassuré, tu es là, en parfaite santé. Tu n'as que cinq semaines et cinq jours, donc, je ne t'ai aucunement privé(e), ni pollué(e), puisque nous avons deviné et su, tu n'avais pas deux semaines. On me parlera encore de fibre maternelle! Mon petit bout, tu es la chose la plus merveilleuse qui ne me soit jamais arrivée. J'ai dit à ton père :
- "Aujourd'hui est ma seconde journée à marquer d'une croix dans ma vie. La première c'est quand je t'ai épousé, la seconde, c'est mon écho, mon bébé."

(,) Tu as quatre ans aujourd'hui et je retombe sur ces écrits. Leur lecture me font frémir de plaisir comme si c'était hier,Comme à chaque fois que je repense à mes accouchements. Ces jours uniques où on vous a posées sur mon ventre, et que vous avez tout de suite tété, "Vous", parce que pour ta sœur ça été la même, même.

Moins de deux ans après on a remis ça. J'ai vécu les mêmes périodes de doutes. Je n'avais plus les mêmes à priori, mais j'avais peur de ne pas savoir gérer deux enfants. De t'enlever quelque chose et de ne pas en donner au second. La nature a pris le pas plus vite que ça et ta petite sœur est arrivée, nous procurant la même joie. Cela n'a rien changé à la maison. Au contraire il y avait encore plus d'amour à donner. C'est merveilleux d'être maman.

Contenu images et textes déposés ©, REPRODUCTION INTERDITE

Conditions de vente - Charte & Confidentialité | Amis | Partenaires | Partenaires coloriages | Amis des enfants
me contacter : emareva@free.fr - Marque déposée INPI emareva©
Plan de Site