Coloriages et loisirs créatifs - Magazine enfants et parents magazine artistique magazine parents cuisine facile Jeux éducatifs et pédagogiques loisirs créatifs coloriages à imprimer

La sécurité routière - pensez aux autres! surtout aux enfants.

Votre voiture a-t-elle déjà heurté un enfant? La mienne, si.

L’une des choses pour lesquelles on croit que ça n’arrive qu’aux autres, surtout lorsqu’on est un automobiliste “sérieux”.

Je me rappelle que ce matin-là, j’étais particulièrement de bonne humeur. Je déposais ma fille à la maternelle et m’apprêtais à faire les boutiques avec la plus jeune. Comme chaque matin, j’étais à l’affût d’une place pour garer ma voiture. Je ne suis jamais vraiment impatiente au volant, quelques expériences malheureuses m’ont appris que les moyens de locomotion sont avant tout des instruments dangereux, parfois coûtant la vie à des êtres chers, J’avais visiblement une leçon supplémentaire à prendre.

Bref, tranquille, j’attendais mon tour, et la place libérée, j’ai enclenché ma marche arrière. J’étais sur un parking, donc roulais au pas et , BAM , Un gros choc, j’ai entrevu une forme sur mon pare-brise arrière, à ma droite, n’ai pas réalisé l’espace d’un instant, ai entendu ma fille se demander ce qu’il se passait et paf! j’ai compris. Je me suis précipitée, le petit garçon était encore au sol, sa mère l’a relevé, j’étais dans tous mes états.

Paradoxe étonnant, c’est même la maman du petit gars qui m’a rassurée la première, elle était dans la partie médicale et m’affirmait qu’il n’y avait rien de grave, Insistant sur le fait que le petit s’était échappé et qu’il avait effectivement surgit soudainement derrière ma voiture, De petite taille, il n’était assurément pas repérable parmi les voitures garées, Les témoins présents renchérissaient, stipulant que quiconque aurait été à ma place, quiconque l’aurait renversé, Perplexe et effrayée, je n’arrivais néanmoins pas à temporiser, je venais tout de même de mettre la vie d’un enfant en danger!, Je ne me pardonnais pas l’erreur, malgré les circonstances atténuantes qui m’étaient déclinées.

Nous sommes entrés dans l’enceinte de l’école, j’ai déposé m’a fille dans sa classe, et accompagnée de mon petit bout, suis retournée auprès de ma victime, Je remercie encore sa maman de la compréhension et du sang froid dont elle a fait preuve, Nous avons décidé qu’elle l’emmènerait à l’hôpital faire les examens nécessaires pour éviter toute mauvaise surprise et qu’elle m'informerait dès qu’elle ressortirait.

Grâce à Dieu, mon mari ne travaillait pas ce jour là, est un fois de retour à la maison j’ai pu être soutenue dans mon désarroi, car c’était bien dans cet état d’esprit que j’étais. Les heures ont été interminables jusqu’au coup de fil, même si j’essayais de me changer les idées en jouant avec mon bout de chou, Justement, ça me soulignait que j’aurais pu blesser un autre bout de chou, qui n’avait rien demandé. Mon mari nous a finalement emmenées faire un tour, j’ai ressenti le besoin d’appeler une amie, pour en parler avec une maman, Elle s’est alignée aux autres, me connaissant, je ne pouvais qu’admettre que le petit et moi-même avions été au mauvais endroit au mauvais moment.

Enfin mon portable a retenti, R.A.S., le petit allait bien. Le diagnostic était clair, aucune crainte à avoir. Dans l’après-midi, je suis allée lui présenter mes excuses, n’oubliant pas de lui faire promettre de ne jamais plus s’échapper de la surveillance de sa maman, surtout dans des endroits dangereux comme un parking. J’ai bien pensé lui acheter un jouet, pour me racheter, mais je ne savais pas comment sa maman le prendrai, J’ai eu peur d’être déplacée, Bref, les trois jours suivants, je suis restée dans le même état d’anxiété. C’était le week-end et je ne pouvais donc pas voir galoper cet enfant, ce dont j'avais finalement besoin pour franchement me rassurer. Le lundi et toute la semaine suivante, j’ai pratiquement vérifié la présence du p’tit, puis le temps, le sourire de l’enfant et aussi celui de sa maman ont daigné me permettre de “classer” ce mauvais souvenir.

Il ne se passe pas une journée sans que je pense à ce petit garçon et je crois que j’y penserai toute ma vie durant, dès que je prends le volant, j’y pense; dès que je descends mes enfants de mon véhicule, j’y pense; en roulant, j’y pense, surveillant mes arrières et tout obstacle fortuit qui pourrait surgir sans crier gare, Quand je suis en retard, je reste en retard, pas question ni d’accélérer, ni de griller un feu orange ou de me précipiter sur une place libérée et si d’aventure, l’espace d’un millième de seconde, je m’emporte, l’idée d’appuyer sur le champignon a l’herbe coupée sous le pied avant même d’être concrétisée. Le visage de ce petit garçon apparaît, son joli sourire, que je suis si heureuse d’avoir vu, mon ventre se sert, je ne déroge pas à ma règle d’hyper bonne conduite.

Ce n’est pas que notre vie qu’il faut préserver, mais celle de nos enfants qui sont à l’arrière, notre passager, et celle de ceux qui sont dehors, En plus, avec tous ces inconscients qui n’ont pas encore eu mal au ventre, plutôt se tenir à carreaux deux fois qu’une.

Je suis sûre que la maman de ce petit gars n’imagine pas à quel point j’ai été choquée, mais je voudrais profiter de cette expérience, que j’aurais préféré ne pas vivre, pour vous mettre la puce à l’oreille : Au volant soyez vigilants, tout peut arriver au moment où on s’y attend le moins et une fois que le pire est là, toutes les bonnes résolutions que vous prendrez ensuite ne répareront pas le mal qui aura été fait, Car soyons clairs, ce jour là, la chance nous a évité le pire, mais ce n’est pas toujours ainsi.

emareva

Voir aussi les accidents domestiques

GENERALITES

LES INCENDIES DOMESTIQUES

LA CUISINE ET LE SEJOUR

LES CHAMBRES A COUCHER

LA SALLE DE BAIN

A L'EXTERIEUR, LE JARDIN

LE GARAGE, LES OUTILS ET LE BRICOLAGE

CONSEILS ET SECOURS

Contenu images et textes déposés ©, REPRODUCTION INTERDITE




me contacter : emareva@free.fr

Plan de Site | Conditions de vente, Charte & Confidentialité | Partenaires
Partenaires coloriages | Amis des enfants